TOULOUSE : Le RC2T veut transformer l’essai

Après un premier événement à Toulouse qui avait rencontré du succès en juin 2014 mais sans donner une véritable suite, le Réseau des Compétences Tunisiennes à Toulouse se relance avec M. ZRIBI Mehrez en première ligne et se nomme désormais RC2T. Une rencontre sera organisée ce samedi 16 avril à Toulouse pour relancer ce projet.

Directeur de recherche au CNRS de Toulouse, le président du RC2T M. ZRIBI Mehrez,  soutenu par les deux piliers Mme TOUMI Kaouther (Co-fondatrice, trésorière) et M. HAMZAOUI Abdelaziz (Co-fondateur,  secrétaire général ), nous présente ce projet ambitieux qui nourrit beaucoup d’attentes chez les jeunes talents tunisiens de Toulouse.

1° Le projet RC2T se relance, à quoi pouvons-nous nous attendre ce samedi ?

Cette rencontre sera le véritable point de départ de notre action associative. L’objectif serait de présenter  l’association aux compétences tunisiennes (les objectifs, le bureau) ainsi que les premières actions que nous comptons lancer dans les prochaines semaines. Cette présentation sera suivie d’un débat autour de la question complexe de l’apport des compétences tunisiennes à l’étranger à notre patrie, la Tunisie. La rencontre finira avec un buffet pour fêter le lancement de l’association avec nos invités.

2° Pourriez-vous nous rappeler comment est née ce projet, qui sont les membres qui composent l’association et quel est l’objectif?

Historiquement, l’idée de cette association est née d’un événement organisé en juin 2014 par un collectif d’associations (Jasmin Tunisie: Liberté et Démocratie, ADAI, Développement&Amitiés) et des tunisiens indépendants. Il a permis de rassembler plus de 80 de nos compétences tunisiennes à Toulouse, autour de riches discussions et de tables rondes. Lors de cet événement, nous avons senti un besoin fort des tunisiens d’une structure associative permettant ce type de rencontres et d’autres formes d’échanges. Après une période de calme de deux années environ, l’association a été enfin créée en janvier 2016 par une forte volonté des fondateurs de poursuivre l’action. L’association est fondée par Kaouthar TOUMI (actuelle trésorière du RC2T), Abdelaziz HAMZAOUI (secrétaire général du RC2T) et Mehrez ZRIBI (président du RC2T).

3° Quelle est la situation actuelle de la communauté tunisienne à Toulouse ? Est-elle active à travers des associations telle que la votre ? Trouve t-elle sa place dans le milieu professionnel, culturel et académique ?

Notre constat est que la dynamique actuelle des compétences tunisiennes à Toulouse (événements culturels, échanges scientifiques, économiques, tables rondes,…) est relativement modeste, malgré une action formidable de différentes associations existantes dans le paysage toulousain. On est conscient des atouts de Toulouse par rapport à d’autres villes françaises avec l’existence d’une forte concentration de compétences tunisiennes couvrant différents domaines (nouvelles technologies, domaine médical, domaine universitaire, culture, etc.). Dans ce cadre, nous souhaitons jouer un rôle essentiel pour la dynamisation de la vie culturelle et intellectuelle, tout en favorisant un lien fort avec la Tunisie.

4° Plus spécifiquement, quel constat faîtes vous sur la conjoncture des étudiants tunisiens de la ville rose ? Allez vous proposer des initiatives afin d’améliorer certaines conditions?

Il y a une longue histoire d’amour entre tunisiens et l’université toulousaine. Toulouse a toujours été une des premières destinations en termes de formation universitaire des jeunes tunisiens. Ainsi, le besoin de les aider et de les accompagner est vraiment fort. Heureusement, différentes associations étudiantes tunisiennes existent déjà pour cette action. De notre coté, nous souhaitons en premier lieu les aider à intégrer un réseau de compétences large avec des anciens déjà en activité professionnelle qui pourraient les aider et conseiller dans leurs choix professionnels. Les jeunes diplômés auront des opportunités pour présenter leurs projets professionnels et travaux à travers des événements qui seront organisés. Pour les doctorants tunisiens, nombreux à Toulouse, nous organiserons différents événements pour les aider à l’insertion professionnelle et aussi à établir des sérieux contacts avec l’université tunisienne. D’ailleurs, dans ce cadre, nous organisons dès cet été une journée scientifique avec des compétences scientifiques et doctorants tunisiens de Toulouse en partenariat avec l’université de Sfax, avec l’objectif de répéter cette action avec d’autres universités tunisiennes.

5° Vous pourriez trouver un appui auprès du consulat tunisien de Toulouse, soutient il ce type de démarche ?

Nos premiers contacts avec le consulat tunisien de Toulouse sont excellents. nous avons  déjà rencontré la Vice-consul Madame Rafika Kharrazi, qui a affiché une forte volonté de nous aider et de créer une dynamique de collaboration avec notre association. Nous espérons rencontrer bientôt le nouveau consul, Monsieur Sami Sik Salem. De notre part, on est conscient que notre réussite passe par de riches échanges avec tout le paysage toulousain, institutionnel et associatif et particulièrement avec le consulat. L’équipe du consulat est d’ailleurs invitée à la rencontre de Samedi.


Laisser un commentaire