Une splendeur du patrimoine palatial tunisien

Le patrimoine palatial tunisien, datant du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle, offre des exemples exceptionnels de l’art, aussi riche que raffiné, de la sculpture sur plâtre. Celle-ci atteint son apogée sous le règne du plus grand monarque de la dynastie des Husseinites, Hammouda Pacha (1782-1814). C’est dans l’une de ses résidences favorites que se trouve une merveille du travail du plâtre : la salle d’apparat du « Qsar el-Ward » (littéralement “palais de la rose”) dont la construction remonte à 1793. Ce palais est situé à La Manouba, distante d’environ six kilomètres du centre-ville de Tunis.

Vue de la la somptueuse coupole de la salle d'apparat du palais de la rose Vue intérieure de la somptueuse coupole de la salle d’apparat du palais de la rose

La photographie montre la magnifique coupole, entièrement revêtue d’une dentelle de plâtre finement ciselé, constituant le point d’orgue architectural et décoratif de cette salle au plan cruciforme. Depuis la clef de la coupole, ornée d’une rosace au dessin complexe, des rayons divisent la calotte en compartiments garnis d’un exubérant décor de vases et de rinceaux entremêlés. Cette dernière repose sur un tambour circulaire totalement ceinturé de niches feintes en plein cintre, dans lesquels abondent divers motifs géométriques. S’intercalant entre des successions de quatre niches feintes, des fenêtres cintrées sont agrémentées de claustras enchâssés de verres colorés.

Le palais de la rose, qui abrite de nos jours le musée militaire national, est accessible au grand public qui peut admirer ses beaux intérieurs.

M. Khaled Hizem


Laisser un commentaire