Projet de création du premier institut tunisien de France à Lyon

Une réunion exceptionnelle s’est tenue le 30 décembre 2015 au consulat tunisien de Lyon et ce avec la présence des députés France 2, Néjia Hafaiedh, Dalila Babba, et Néji Jmal, du consul de Lyon, des responsables associatifs de la circonscription consulaire lyonnaise et plusieurs compétences tunisiennes. L’objet de la rencontre était l’étude d’un projet de création d’un institut culturel tunisien à Lyon, proposé par un groupement d’associations et des acteurs de la société civile.

Contacté par téléphone, notre interlocuteur au consulat de Lyon a tenu à saluer  le travail et les efforts des acteurs de la société civile et du tissu associatif  pour élaborer cette initiative et convaincre les autorités gouvernementales de son importance. Ce projet est le résultat d’un travail collectif très approfondi qui fait suite à plusieurs réunions au siège du consulat général dont le rôle consistait essentiellement à apporter des éclaircissements aux questions d’ordre juridique.

Pourquoi un centre culturel ?

La création d’un tel centre viendrait rompre avec l’héritage de l’ancien régime, à savoir les centres sociaux (ou Dar Ettounsi) régis par l’OTE (Office Des Tunisiens à l’étranger) et qui ont été principalement orientés à des fins politiques plus que culturelles durant l’aire Ben Ali. Malgré plusieurs efforts de réformes entrepris après la révolutions, il s’avère très difficile de changer la perception de tels établissements par la communauté tunisienne en France. Les moyens financiers mis à leur disposition sont réservés exclusivement au fonctionnement de base et ces centres se retrouvent logiquement démunis de budget alloué aux programmes culturels, à l’exception, toutefois, de l’apprentissage de la langue arabe qui est financé par le ministère de l’éducation nationale tunisien.

Le nouvel Institut aura en plus de sa vocation culturelle, d’autres missions à caractère scientifique, économique et social et ce à travers l’organisation de différentes manifestations. Il  deviendrait une véritable vitrine de la Tunisie en France.

Le choix de Lyon comme ville pilote est motivé par l’importance démographique, stratégique, économique, commerciale et historique de cette ville en Europe. En effet, Lyon est la capitale de la région Rhône‐Alpes, première région de France en terme d’investissement en Tunisie.

Cadre Juridique

Le Cadre juridique sera celui de la convention de coopération de 1973 entre la France et la Tunisie en matière de développement culturel, et qui permet de doter les établissements culturels d’un statut officiel leur permettant d’agir dans un cadre juridique adapté et garantissant une véritable transparence.

L’idée du projet à été transmise aux instances gouvernementales et administratives tunisiennes depuis le mois de mai 2015 et serait actuellement à l’étude.

photo: http://s2.minutebuzz.com/i/2015/12/0_aimg884072-L.jpg.jpg

Laisser un commentaire