La mosquée Mohamed Bey à Tunis, le plus beau monument de style ottoman au Maghreb !

L’adoption du minaret octogonal, à la place du minaret à base carrée, dans l’architecture religieuse de la médina de Tunis au XVIIe siècle, notamment dans les mosquées Youssef Dey et Hammouda Pacha, traduit l’imprégnation par les influences architecturales et décoratives ottomanes. Cependant, celles-ci trouvent leur meilleure expression dans un autre lieu de culte tunisois, datant de la fin du XVIIe siècle, il s’agit de la mosquée Mohamed Bey également appelée mosquée Sidi Mehrez car elle se trouve à proximité du mausolée du saint patron de la ville, Mehrez Ibn Khalaf (décédé en 1022 ap. J-C).

La mosquée Mohamed Bey, élevée entre 1692 et 1697, est considérée comme l’une des plus belles mosquées de la médina ; elle figure d’ailleurs sur le blason de Tunis. Cet édifice, rompant nettement avec les traditions locales, représente la plus remarquable illustration de l’architecture religieuse d’inspiration ottomane pas seulement en Tunisie, mais dans l’ensemble du Maghreb. Si les mosquées antérieures ont conservé une salle de prière hypostyle, héritière de la tradition kairouanaise, celle de la mosquée Mohamed Bey est construite suivant un parti tout à fait différent.

Extérieurement, le monument se signale par sa hauteur (c’est la mosquée tunisoise la plus élevée) et par l’étagement de ses coupoles blanches. Intérieurement, sa salle de prière, de plan carré, est entièrement couverte par cinq coupoles et quatre demi-coupoles. La coupole centrale, de 15,8 mètres de diamètre, atteint une hauteur sous clef de près de 30 mètres. Sa calotte est accostée à quatre demi-coupoles, et quatre coupoles plus petites couvent les angles de la salle. Elles sont soutenues non par une multitude de colonnes, mais par quatre grands piliers à section cruciforme, surmontés d’arcs en plein cintre outrepassés. En plus du parti architectural, rappelant les mosquées d’Istanbul, la décoration, particulièrement soignée, fait appel à plusieurs motifs ottomans, notamment le fameux cyprès. À côté des revêtements en marbre et en plâtre sculpté, des panneaux de céramiques participent à l’ornementation des murs et des piliers ; certaines céramiques sont de fabrication locale, mais d’autres furent importées d’Iznik en Turquie.

La mosquée Mohamed Bey est restée un unicum aussi bien dans l’histoire de l’architecture religieuse tunisienne, que dans celle de l’architecture cultuelle maghrébine.

Le minbar de la mosquée Mohamed Bey d'aspect typiquement ottoman (photo du site qantara-med.org)

Vue de la coupole centrale dans la salle de prière (photo de Panama Tailor)

Salle de prière de la mosquée Mohamed Bey (photo de Panama Tailor)

M. Khaled Hizem


Laisser un commentaire